Archive for the ‘Splendeurs et misères de la SF’ Category

misères 2

mercredi, octobre 21st, 2009

à la sortie d’une "rencontre d’auteur" thème la nouvelle fantastique, polar et sf :

Une vieille dame charmante et primesautière s’approche de moi avec LVA en main :

— Vous pouvez me le dédicacer, s’il vous plaît, Jeanne ?

 Moi :

— Bien sûr !

(sourire, je m’attelle à la tache)

La vieille dame reprend avec un sourire de plus en plus réjoui :

— Oh évidemment, je ne le lirai pas, je déteste la science-fiction…

Moi:

O_o

 

Bon, j’ai évité de lui demander si elle allait s’en servir pour caler un meuble… (après tout, c’est ce que je fais avec les compléments pédagogiques des livres "oeuvres intégrales pour les lycées et collèges" envoyés par hachette et consorts)

Splendeurs 1

dimanche, septembre 20th, 2009

Ma copine Anne Fakhouri vient d’être nominée au Grand Prix de l’Imaginaire (pour son dyptique : Le Claivoyage et La Brume des jours aux éditions l’Atalante – Le Maedre) et — cerise sur le gâteau —  elle l’est en même temps que Neil Gaimain.

Je fais des bonds partout…

(Y’a aussi Loic Leborgne et StevenGould de nominés, mais je les aime moins qu’Anne , désolée les mecs Embarassed )

 

Allez Anne, fais-lui manger ses

dents à ce  destructeur cruel et

sans âme — quoique génial — de

panels francophones *!!!!!

On compte sur toi

(ouais, Laurent aussi, je pense…)Cool

(Laurent, à qui je souhaite son GPI, itou)

( Preuve que je suis pas rancunière Innocent )

 

 

 

 

(*et si tu l’as ma bichette, de ma part, au moment où tu monteras l’estrade, à ce monstre décomposé, à ce doux fou de Neil, murmure doucement "Souviens-toi du vase de la Worldcon" )

(oui bon, j’en rajoute)

(mais je suis siiiiiii contente)

Misère 1

mercredi, septembre 9th, 2009

 Je ne sais pas vous, mais on m’a fait souvent le coup, et à une copine aussi (mais elle au moins écrit de la fantasy)…

On vous demande ce que vous faites.

Réponse :

— Je suis écrivain de SF.

Et alors là, 2 fois sur 3, "On" prend l’air perplexe et "On" vous demande du bout des lèvres avec un scepticisme qu’"On" s’efforce (mal) de camoufler :

— Publié ?

 

No comment. ^^