Métaphysique de l’écrivain 1 : Pierre Dac

Métaphysique de L’écrivain. 

            J’inaugure aujourd’hui une nouvelle catégorie dans laquelle je laisserai la parole aux écrivains de ma connaissance. Mais pas n’importe comment. Je les connais, les écrivains. Vous leur collez un clavier entre les mains : ils ne s’arrêtent plus. Les écrivains sont des gens excessifs.

(Ce qui n’est pas le cas de leurs à-valoirs)

(il doit y avoir une corrélation)

(mais comme dirait l’autre à propos de restaurants chinois, ne me demandez pas laquelle).

(enfin juste comme ça : CQFD)

 Donc, ils devront se contenter de répondre aux trois questions suivantes

 

            Qui sommes-nous?

            D’où venons-nous?

            Où allons-nous?

 

Sérieuses, délirantes, déjantées, documentées, exhaustives, superficielles toutes les réponses seront acceptées. J’ouvre le bal en faisant parler un illustre mort et vive la nécromancie (et les préadamites!) (sisi) (cherchez pas) :

 

            "En ce qui me concerne :

Je suis moi.

Je viens de chez moi.

Et j’y retourne."

 

Pierre Dac.

   

Cette phrase immortelle est extraite des Pensées (non moins immortelles) de Pierre Dac.

(Carrément mortel lui)

(et d’ailleurs on ne peut plus mort)

(c’est dire s’il l’était)

(mortel)

(oui, je sais mais je ne suis pas sûre que le petit dans le fond près du radiateur me suive)

(c’est un tic)

(on ne se refait pas)

(ben non) 

que tout amoureux du nonsense et de la pataphysique, voire de la pata tout court, et de la physique itou, ma foi, se doit d’avoir dans sa bibliothèque.

 

Quelques morceaux choisis :

 

(avec amour)

(et du poil autour)

 

En justice courante et cavalante, si tous les prévenus l’étaient à temps, le banc des accusés serait souvent vide.

 

Celui qui dans la vie, est parti de zéro pour n’arriver à rien dans l’existence n’a de merci à dire à personne.

 

Il est démocratiquement impensable qu’en république il y ait encore trop de gens qui se foutent royalement de tout.

 

Quand ça ne tourne pas rond dans le carré de l’hypoténuse, c’est signe qu’il est grand temps de prendre les virages en ligne droite.

Voila

Et je n’en démordrai pas.

Leave a Reply